Les techniques de modelage

Plusieurs techniques permettent de donner à la terre la forme désirée. Parmi les plus courantes on trouve le modelage, l’estampage, le tournage, le moulage.

Le modelage

C’est la technique la plus primitive. A partir d’une boule de terre, on façonne l’objet en pressant avec les doigts.

Le modelage à la main s’effectue à partir de boulettes de terre ou de colombins (long cylindre de terre roulé à la main sur une planche). Le modelage au colombin est rapide. Il permet de réaliser des pièces de volume important.

Le modelage peut également s’effectuer à partir de plaques, préparée au rouleau ou avec une croûteuse. On parle alors de « croûte ». Cette technique est rapide. Elle permet de réaliser des formes géométriques. On peut aussi réaliser des cylindres en roulant une plaque.Les plaques sont assemblées entre elle avec de la barbotine.

L’estampage (ou calibrage)

Pour réaliser un estampage, on applique de petites portions de terre sur ou à l’intérieur d’un objet existant, un pot un vase par exemple. On lisse ensuite la terre pour obtenir une surface uniforme.

Dans le domaine industriel, on parle de calibrage. Dans un moule rotatif, on introduit la pâte malléable qui sera pressée contre les parois grâce à l’introduction d’un calibre.

Le tournage

C’est une technique qui nécessite un long apprentissage. Elle est apparue au 4ème avant JC. Ce fut une véritable révolution car cette technique permettait de réaliser plus rapidement des objets de forme plus régulière et moins épais.

Le tour est composé d’un plateau rotatif, la girelle, qui est fixé sur un axe. Cet axe est mis en rotation par le potier lui même avec ses pieds ou avec un bâton, par un moteur.

Le potier façonne la motte de terre qu’il place au centre de la girelle. Puis il va la tournasser pour affiner la forme. Il ne reste plus le cas échéant qu’à rajouter des anses.

Le moulage

Le moulage se pratique à partir de terre mélangée à de l’eau afin d’obtenir une pâte très liquide: la barbotine.

Il est possible de mouler à partir d’un moule en plâtre ou en terre cuite. On utilise alors une terre beaucoup plus liquide qu’il faut ensuite laisser sécher. Le moule en plâtre est utilisé car sa porosité permet une évaporation plus rapide de l’eau.

Après un temps de prise, l’excédent de terre liquide est vidé.

Après séchage, la pièce est démoulée. L’opération est facilitée par le retrait produit par l’évaporation de l’eau.

Pour les pièces de forme complexe, il faudra utiliser un moule en plusieurs parties.